La dictature de la maigreur, de l’apparence et les minces qui se croient gros.ses !

gros.png

Je suivais, récemment, une émission sur la prise de poids et les régimes.
Et je ne comprends pas qu’autant de personnes minces s’efforcent, une fois l’été arrivé ou même toute l’année de perdre du poids. Je ne comprends pas l’achat de certains magazines dits « féminins », censés vous détendre, où on vous parle de régime, fond de teint (ou de fellation, le ciment du couple), bref, tout ça pour vous dire que vous n’êtes pas bien comme vous êtes.

J’en ai marre d’entendre d’autres filles dire « J’ai pris du poids ». Des filles sur qui ça ne se voit pas… Où est la nécessité de se peser régulièrement lorsqu’on est pas en surpoids et qu’on a pas de nécessité médicale à le faire ?

Il y a des gens qui en souffrent réellement eux, de leur poids. Des gens qui, à la vue de la moindre cuillère de pâte à tartiner, prennent cinq kilos, des gens qui grossissent rien qu’en parlant de leur poids ! Et ça ce n’est pas drôle, Josette !

C’est chiant ces magazines, ces émissions, ces youtubeuses beauté obsédés par l’apparence, le jeunisme. Ce ne sont que des injonctions à acheter…acheter pour cacher ses défauts, acheter pour se détendre, acheter pour ressembler à ceci ou cela. Mais même après tout ça, vous êtes toujours trop grosse, pas assez ou mal maquillées, plus à la mode, pas assez comme-ci, comme-ça.  C’est vraiment fait pour se relaxer tout ça…? Hum.

Passer son temps à se scruter dans la glace pour faire la liste de ses défauts n’a jamais rien résolu. Et ça ne rend pas honneur à la gente féminine des préoccupations si triviales.

Les autres ne vous aiment pas pour votre apparence, ou alors ça ne dure pas longtemps. Je trouvais ça effarant quand j’étais étudiante de voir des copines se comparer en permanence aux autres. Évaluer, mesurer, critiquer. Les reines du shopping, ça va bien 5 minutes pour se vider la tête. C’est de la grosse blague.

Combien de fois j’ai entendu des réflexions de filles minces ou juste avec un petit bide jalouses des autres, inquiètes. Se comparant, se reluquant. Alors que la différence était minime entre elles et d’autres.

Bah ouais, être bien dans sa peau, bien dans son cul et ses formes, ça fait une sacrée différence ma Josette !

Je trouve ça vraiment triste de se faire avoir ainsi par la société de consommation et d’en redemander. Remettez donc tout cela en cause ! Posez vous les bonnes questions ! La stupidité de la publicité, tous ces mensonges, ces produits entamés et oubliés dans un coin.  A-t-on besoin de tout cela ?

Le complexe de la bonne ménagère

1686193280.jpg

Ça vous est sans doute déjà arrivé d’être confronté(e) à une femme (mère, sœur, copine) qui vous reprend sur la façon dont vous faites la cuisine ou les tâches ménagères ? Je trouve ça très crispant, moi ! La femme européenne n’est-elle pas censée s’être émancipée du rôle de boniche que la société lui a toujours confié ? Et lui confie encore ?

Combien de fois j’ai entendu des filles nous reprendre moi ou d’autres sur notre façon de « faire » ceci, cela ? Il y a des remarques utiles, bien sûr. On peut tous vouloir aider quelqu’un à faire mieux. Mais j’ai surtout vu ou entendu, personnellement, un paquet de remarques juste inutiles, rabaissantes, sans intérêt. Je les plains ces femmes ! On les avait pourtant libérées du foyer et d’elles-mêmes, elles reprennent un rôle de maîtresse de maison. Sans en avoir conscience, souvent. Parce qu’elles ont des « normes » en tête. Mais chacun a ses normes, les filles ! Ce n’est pas celui qui critique qui a forcément raison.

Mine de rien, c’est souvent une façon de contrôler le lieu de vie. Non contentes de ne pas arriver à concilier leur rôle de femme, de mère et de travailleuse, il faut en plus qu’elles soient de parfaites femmes de ménage !?! Mais si on ne laisse pas Monsieur faire sa part, comment peut-on équilibrer le foyer ?

Pire, si on se contente de râler sur sa façon de faire, sans lui montrer la sienne, comment peut-on espérer qu’il soit autonome ? En admettant qu’il ne sache vraiment pas faire ou qu’il fasse vraiment mal.

J’ai mis longtemps à réaliser à quel point ces comportements étaient arriérés, me demandant pourquoi elles étaient aussi CHIANTES ! Or, c’est certainement le fruit d’une éducation Rose et Bleu.

La théoricienne du ménage

L’autre type de bonne ménagère perfide, c’est la théoricienne du ménage. Elle parle beaucoup mais c’est elle qui en fait le moins ! Ou alors, elle est très inefficace à faire ce qu’elle dit. Souvent, la bonne ménagère théorise, houspille les autres à propos des tâches ménagères, sauf qu’elle est la première (et peut être la seule) à laver la cuvette des toilettes et les assiettes avec la même éponge. Elle est la première à passer l’aspirateur en oubliant les « coins ».

Bref, bon nombre de bonnes ménagères sont en vérité des grosses dégueulasses !

 2imgp0602.jpg

La moutarde m’est montée au nez récemment à cause de ma colocataire. Cette maniaque du ménage a beaucoup théorisé ces derniers mois sur la fréquence de nettoyage de la table basse du salon, du frigo, de la poubelle…etc.

Faisant ma part et bien plus encore (et moi quand je passe, la crasse je la fracasse), je l’écoutais d’une oreille distraite. Puis je me suis rendue compte que ses grandes théories avaient pour but de NOUS faire faire le ménage, moi et la troisième colocataire !

La théoricienne du ménage ne semble jamais passer à l’action. Du moins en ma présence. En revanche, elle sait laisser traîner ses crasses, elle la maniaque du ménage ! Je lui ai parlé de faire un planning Ménage histoire qu’elle mette ses théories en pratique. Elle a refusé net !

Bref, que ce soit ce cas-ci ou un autre, la bonne ménagère a de l’avenir devant elle ! Entre les Madame-propre-je-fais-tout-tu-touches-à-rien-tu-sais-pas-faire et les expertes en théorie du ménage, je ne vois qu’un tas de gamines qui n’ont jamais cessé de vouloir jouer à la maîtresse de maison-maman-boniche !

Leur éternelle préoccupation, c’est contrôler le lieu de vie. Toujours prêtes à critiquer les autres femmes, à habiller les garçons en Bleu et les filles en Rose, à servir et chérir ces messieurs comme s’ils étaient en sucre…

C’est du propre dis donc !!!

*Elle et son « la fellation, le ciment du couple », descendu en flammes bienheureusement par d’autres magazines, dont Causette, un bol d’air !

Les injustices de la vie…

 

C'est drôle mais suite à une parole prononcée par la meilleure amie de Clara Sheller, dans l'excellente série éphémère « Clara Sheller », moi qui ne voulais plus désespérer sur mon célibat, à 21 ans, j'ai été clouée sur place !  

Pour ceux qui n'ont pas regardé ladite série, ni ledit épisode : la meilleure amie de Clara Sheller a un très fort désir d'enfant. Elle veut absolument tomber enceinte. Elle apprend qu'elle est stérile et forcément, elle tombe dans une profonde déprime.

Clara, elle, ne veut pas tomber enceinte. Mais elle fait l'amour avec son colocataire…et hop, ni une ni deux, en cloque. Il faut bien qu'elle en parle à sa meilleure amie, un jour ou l'autre…ce qu'elle finit par faire. Cette dernière le prend bien évidemment très mal et conclut en hurlant :
« Mais ce n'est pas contre toi que j'en ai ! Mais contre les INJUSTICES DE LA VIE ! ».

Les injustices de la vie…
Tout un programme ! Même quand tu donnes le meilleur de toi-même au monde entier, il y a parfois quelque chose dans l'ombre qui rampe et qui attend le bon moment pour te déstabiliser.

 

La vie est une salope perverse !