L’assistanat et les plus faibles

Faut-il le rappeler encore une fois : la fraude aux aides sociales est moindre en comparaison avec les grands requins de la finance qui cachent leurs millions dans des paradis fiscaux.

C’est bien une idée de beauf que de taper sur les plus faibles, de les jalouser, souvent sans vérifier ce qu’on avance. C’est contre-productif que de s’en prendre aux classes sociales proches de la sienne, de se méfier du voisin alors que là-haut, nos privilégiés de la bourgeoisie et de la politique se frottent les mains en toute impunité.

Il est aberrant qu’autant de personnes tombent dans le panneau. C’est curieux comme la droitisation de la société fonctionne à merveille alors que nous avons toutes les clés en main pour inventer autre chose.

 

Je t’envie, tu m’envies, il t’envie…ça me tue !!

296010_466882576675419_2031055120_n.jpg

Ce texte circulait il y a quelques temps sur facebook et les adhésions qu’il suscitait me faisaient peur. Pourquoi se laisser convaincre par des clichés aussi simples, bêtes et méchants, qui montent les gens les uns contre les autres, alors qu’au-dessus de nous les puissants se gaussent et continuent à magouiller tranquillement ?

Une analyse simple, limpide et logique : qui aime vraiment ça être inactif ? QUI ?

Prenons votre expérience personnelle : vos périodes de chômage potentielles, les avez-vous appréciées ??? S’agissait-il de moments agréables, de sérénité, de tranquillité intérieure ? Je parie que non.

Et encore, mettons que vous avez fait de bonnes études, dans un secteur qui embauche relativement bien. Votre chômage n’aura pas duré bien longtemps mais ça aura été une expérience plutôt angoissante non ? Vous vous serez battu, vous aurez couru dans tous les sens pour décrocher un emploi, parce que sans emploi, on est rien n’est-ce pas ?

Personne n’aime ça être inactif ! On a tous besoin d’un but, d’objectifs, de projets. Les chômeurs ont souvent honte d’avouer qu’ils ne font « rien ». Au quotidien, annoncer qu’on est chômeur, c’est de la culpabilité, récolter des regards méprisants, de la suspicion, c’est ne pas être intégré, ne pas faire partie du troupeau, de la meute.

Puis ça n’a rien de très agréable de vivre sur les deniers publics. Au vu du nombre d’erreurs qu’ils font au kilomètre (Pôle Emploi, la CAF etc.), cet argent, vous ne savez jamais si vous y avez vraiment le droit ou pas ou combien de temps du moins !

Alors les quelques « cas sociaux » qui aiment ça être inactifs, ils sont bien peu nombreux. Voire même une si petite minorité que ce n’est pas eux qui ruineront la France.
Plus de contrôle, d’accord… mais pour les résultats que ça donnera, encore du temps et de l’argent gaspillé…

Et pendant ce temps là, les gros riches d’en haut continuent à se jouer des lois se faufilant dans toutes les failles possibles pour sauver leur fortune (qu’ils ne peuvent dépenser en une vie). Et ils se marrent !!!! Ils se marrent bien ces gens-là à vous observent, pauvres hères, vous déchirer parce que le voisin il a l’air mieux loti que vous, parce qu’il a l’air…. il vit peut-être de la CAF, se soigne avec la CMU… mais en général ce voisin, il a l’air épanoui ??? Vous croyez vraiment qu’il part aux Baléares avec ses bons vacances CAF ???

Au fond, qu’en savez-vous de sa situation personnelle ? Qu’avez-vous vérifié ?

Des abus, des vrais, il y en a bien sûr, mais bien moins que vous le croyez (les chiffres, les vrais chiffres, où sont-ils ????). Et votre voisin du coin de la rue, en admettant qu’il abuse vraiment de l’aide publique abuse beaucoup moins que la France d’en haut qui reçoit bien plus de cadeaux.

Alors attaquez-vous aux vrais problèmes, aux vrais fautifs !!! L’urgence est là. Il sera toujours temps de couper le robinet aux petits tricheurs plus tard.

INDIGNEZ-VOUS !